Circoncision d’accord ! Excision, non !

Il est bien normal que les garçons, à un certain âge de précocité, passent, comme on dit, sur le bûcher : qu’ils se fassent circoncire. A un âge allant de la naissance à l’âge « ingrat » effet (soit 12 ou 13 ans), âge censé être celui de la raison où l’on glisse allégrement de l’adolescence à l’âge adulte, il faut lui trancher le prépuce. Ainsi, l’enfant franchit allègrement les marches de la vie. De l’innocent qu’il était, il devient une personne pure, une personne mure, aguerrie pour la vie ! Pour les garçons, c’est une bonne chose me direz-vous ! Et pour les filles ? Là, c’est une véritable torture ! Il faut coucher la fillette, la dénuder, l’écarteler, puis l’amputer de son organe le plus intime : j’ai nommé son pubis ! Entre cris et souffrance le mal suinte de tout son corps. C’est l’enfer s’il faut le dire… Là où le garçon lui, se retrouve ragaillardi au sortir de l’épreuve, la fille pour sa part s’en voit diminuée. L’on l’a mortifiée. Histoire de l’éloigner sexuellement des hommes, l’on a fait d’elle une fille frigide, une fille insensible. N’est-ce pas là un grand mal pour la société ? A ce jour encore, dans l’immensité du pays, des matrones existent, qui causent du tort à nos filles. Bien sûr que dans certains pays frontaliers (le Mali et la Guinée notamment), la chose s’exerce. Mais elle baisse heureusement d’intensité. La tendance est bonne. Gageons que d’ici peu, tout rentrera dans l’ordre. Pour le plus grand bien de nos mœurs… S.D

Laisser un commentaire

Votre adresse email ne sera pas publiée.

Résoudre : *
24 ⁄ 12 =